Title Thumbnail

Le Mouvement Litt�ire Belge D'expression Fran�se Depuis 1880

Albert Heumann

9781465551542
pages
Library of Alexandria
Overview
Beaucoup d’érudits et de lettrés s’imaginent volontiers que la Belgique est une création artificielle, œuvre de l’histoire et des volontés humaines, et ne s’appuyant sur aucun fait éternel de la nature: un nom emprunté à la vieille chronique des Gaules, des intérêts communs unissant les villes, quelques circonstances heureuses, des adversaires qui ne peuvent s’entendre pour en finir avec ce petit peuple, voilà, croit-on parfois, ce qui l’a fait et ce qui le maintiendra.—Que l’histoire ou la vie des hommes ait fait pour lui plus que pour aucun autre, même que pour la Hollande sa voisine, cela serait facile à montrer. Mais la nature ou la vie de la terre, elle aussi, a présidé à sa naissance, justifié sa grandeur, présagé peut-être son éternité. Il a, quoi qu’on ait dit, ses frontières naturelles. Au nord, c’est le Rhin, élargi par endroits en vastes marécages, ou c’est la Meuse aux replis parfois larges comme des golfes. À l’est, c’est cette même Meuse ou les terres basses qui l’accompagnent, et puis, toujours à l’est, commencent les forêts, qui continuent vers le sud à encadrer la Belgique. Que de fois, dans nos livres de classe français, on nous a enseigné qu’entre la France et la Belgique il n’y avait que des lignes de limites artificielles! Que se cachait-il sous cette assertion? une erreur fondamentale sur la nature des frontières? un vague souvenir des prétentions lointaines de notre patrie sur ce peuple? je ne sais: ce n’en était pas moins une chose mauvaise que l’on disait, contrevérité et contre-justice à la fois. En réalité, entre Belges et Français, il y a la forêt, Ardennes ou Charbonnière, et la forêt, autrefois comme aujourd’hui, c’est une barrière entre les peuples au moins aussi dure à franchir que la rivière et que la montagne. C’est elle qui a fait que les Rèmes au sud ont vécu tout à fait gaulois, et qui a fait que les Nerviens au nord ont vécu à demi germains. Il m’est arrivé bien des fois de traverser et couper cette forêt, de France en Belgique, de Belgique en France, d’en constater l’état actuel, d’en repérer les vestiges anciens (noms de lieux, etc.), et chaque fois, suivant les vieilles routes romaines qui la franchissaient, j’ai mieux compris les ennuis et les dangers qu’elle infligeait aux tribus et pourquoi elles se sont arrêtées à sa lisière, plus craintives que devant des Pyrénées ou des Alpes. Du côté de l’ouest, cela va saris dire, la limite est l’Océan. Mais ici, c’est une limite d’un genre particulier. Nous sommes en présence de ce que j’appellerai volontiers la partie la plus humaine de l’Océan. Nulle part il ne voit converger plus de routes, s’ouvrir plus d’estuaires, s’insinuer de plus importants détroits. Du sud viennent les bouches de l’Escaut et de la Meuse, au nord apparaît celle de la Tamise, et plus loin c’est l’Elbe qui dégorge ses flots, et plus près c’est le passage du Canal. Il y a là, pour l’Océan Atlantique, une sorte de nœud d’eaux, marines et courantes, de prodigieux carrefour qui ne fera que grandir par l’histoire. Mais c’est la nature qui l’a fait. Voilà donc, somme toute, une terre bien délimitée, qui est faite pour vivre d’elle-même et par elle-même. Et ce qui l’invite encore à cette vie spéciale, ce sont les natures propres des régions auxquelles elle tient: tout en demeurant attachée à elles, la Belgique, à certains égards, peut se sentir repoussée par elles (j’emploie le mot dans un sens purement physique